« Des grains de poussière sur la mer », une vision contemporaine des Caraibes

Image
Yoan Sorin, Pièces détachées, 2024 – Courtesy de l’artiste © JC Lett
Image
Julie Bessard, Ailes, 2008 & Sans titre, 2022 – Courtesy de l’artiste © JC Lett
Image
Jérémie Paul, Les Tiags de mon Oncle, 2017 & Écume de ma mère, 2016 – Courtesy de l’artiste © JC Lett

En 1964, effectuant un voyage d’État en Martinique, Guadeloupe et Guyane, Charles de Gaulle survole en avion la mer des Caraïbes, et décrit les îles comme autant de « grains de poussière sur la mer ». 

Venez découvrir le travail de vingt-huit artistes de cette région du monde dont les œuvres forment un réseau d’idées autour du patrimoine, de l’histoire, de l’identité, du corps social et de la politique. Leurs sculptures contemporaines sont autant de ressentis sur les caraïbes françaises et Haiti, « Dans l’exposition Des grains de poussière sur la mer, si l’histoire est indéniablement présente, les artistes ne réalisent pas des œuvres d’art d’apparence « caribéenne » ou qui démontrent de manière didactique les conditions de leur contexte ou du traumatisme colonial. Les Caraïbes françaises et Haïti ne sauraient ainsi se laisser définir ni par leur beauté « exotique », ni par leur histoire traumatique. Les artistes jouent au contraire sur tous les tableaux, en exprimant leurs relations personnelles avec le patrimoine, en naviguant dans un monde de l’art contemporain globalisé et en regardant par-delà leurs origines culturelles pour trouver idées et inspirations. L’exposition met en scène plusieurs approches matérielles et conceptuelles qui témoignent des pratiques des vingt-huit artistes de cette région du monde tout en posant la question de savoir qui est au « centre » et qui est à la « périphérie ». Les œuvres, placées à proximité et en conversation directe les unes avec les autres, forment un réseau d’idées autour du patrimoine, de l’histoire, de l’identité, du corps social et de la politique. » explique Arden Sherman, commissaire de l’exposition.

« Venez avec vos enfants ! Nous leur proposons un livret-jeu gratuit pour découvrir les œuvres de l'exposition tout en s'amusant (à partir de 8 ans). » annoncent les équipes de la Friche !

Commissaire : Arden Sherman, directrice de la Hunter East Harlem Gallery, New York.

Une proposition dans le cadre du programme Un champ d’îles, temps fort dédié aux artistes des territoires ultramarins.

Ouverture du mercredi au vendredi : 14h à 19h 
samedi et dimanche : 13h à 19h
Friche la Belle de Mai, 3ème étage
41 rue Jobin
13003 Marseille

Pour partager l’article :