Image

URBAN GUIDE

À l’affût de bonnes idées et adresses ? Expositions, festivals, concerts, boutiques, collections capsules, restaurants, bars… Toutes les dernières actualités et ouvertures de la Côte d’Azur sont présentées dans notre rubrique Urban Guide. De quoi découvrir toute la richesse et la diversité du maillage culturel, shopping et gastronomique à tester sans attendre de Saint-Tropez à Monaco. Les créateurs locaux ont également la parole dans ces pages.

septembre 2022

Rencontres cinématographiques In & Out

  • Le droit d’être singulier
  • Après son édition niçoise, le Festival du Film Queer se poursuit cet automne à Cannes puis Toulon, avec une sélection internationale d’œuvres, des rencontres et débats destinés au grand public.
Image
Jean-Pierre Paringaux, co-organisateur du festival In & Out.
Image
Joyland de Saïm Sadiq
Image
Le Lycéen de Christophe Honoré. / © Jean Louis Fernandez

Après son édition niçoise, le Festival du Film Queer se poursuit cet automne à Cannes puis Toulon, avec une sélection internationale d’œuvres, des rencontres et débats destinés au grand public.


Peut-être n’y aurez-vous pas prêté attention, mais le Festival de Cannes distingue depuis 10 ans déjà – à travers sa Queer Palm – les films mobilisés sur les thématiques féministes ou concernant les LGBTQIA+, à savoir les lesbiennes, gays, bi, trans, queers, intersexes, asexuels et tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans le binarisme des sexes établissant une distinction fixe entre homme et femme. En 2022, c’est le film pakistanais Joyland de Saim Sadiq, premier film de cette nationalité présenté, qui a décroché la récompense. Une œuvre à voir ou revoir ensuite à Cannes, à la faveur du Festival In & Out. « Beaucoup de festivals LGBTQIA+ et Queer se sont développés depuis une trentaine d’années : à Paris d’abord puis à Lyon, Marseille, Montpellier et sur la Côte d’Azur, témoigne Jean-Pierre Paringaux, collectionneur d’art contemporain très engagé dans la lutte contre les discriminations sexuelles et devenu l’un des principaux organisateurs d’In & Out. Ces rendez-vous sont nés au départ parce que ces films ne parvenaient pas à passer dans les circuits classiques, car les grandes chaînes de diffusion se disaient que cela ne concernait qu’un public très minoritaire. Or notre propos a été précisément de dire que ces thèmes devaient être montrés et à tous. »
Et l’enjeu est bien là  : de souligner que les spectateurs ont le droit de refuser certaines formes de pensées dominantes, d’accorder à chacun la possibilité de choisir son identité sexuelle sans être obligé de correspondre à des cases préétablies. Au-delà d’un décloisonnement mental, le succès de ces événements tient aussi à la dimension internationale qu’ils ont prise, comme le démontre la sélection cosmopolite de films de ces Rencontres cinématographiques. « Au départ, on a pu nous tenir des propos du genre que nous diffusions de petits films de propagande, or c’est une sélection internationale que nous proposons. Il faut savoir que le cinéma asiatique est très pourvoyeur d’œuvres et il y a même en Russie un cinéma underground dans les galeries. Les pays d’Europe du Nord sont bien plus avancés que nous sur ces questions, mais la donne est en train de changer », s’enthousiasme Jean-Pierre Paringaux. Des projections à voir à Cannes notamment au cinéma Les Arcades, qui sont aussi complétées d’expositions, lectures, débats et rencontres avec les réalisateurs. Des questionnements dans le monde du cinéma qui se sont aussi étendus bien au-delà, comme en témoignent les collections de mode et joaillerie qui s’affranchissent du cloisonnement cisgenre hétéronormé. Et Jean-Pierre Paringaux, proche de la scène artistique azuréenne, de conclure : « Dans leurs bios, les artistes parlent désormais de leur homosexualité, du lesbianisme et les écoles d’art ont aidé à faire évoluer les mentalités. Aujourd’hui, beaucoup de jeunes artistes se revendiquent de la transidentité. Les nouvelles générations ont un regard plus ouvert, moins genré, plus international. »

 

Image
Feu Follet de João Pedro Rodrigues.