Image

VIVRE SA VILLE

De la création de produits originaux aux nouvelles technologies de l’information et la communication, les entreprises azuréennes sont un véritable atout de la région. Economie, banque, immobilier, urbanisme, architecture… cette rubrique se place au plus près des initiatives et transformations de nos villes. Ici, le concours ArchiCOTE vient également tous les ans récompenser les projets d’architectes les plus engagés et inscrits dans leur territoire.

décembre 2021

Et si on réinventait nos jobs ?

  • Attentifs à leur époque, ces professionnels dynamisent le paysage azuréen en insufflant d’autres perspectives. Focus sur cinq structures qui repensent nos modes de consommation ou de travail.

Teebike

Ça roule pour la roue électrique

Image
Image

Nul besoin d’être bricoleur pour faire cette manip, on peut changer la roue avant de son ancien vélo en quelques minutes. Mais dans quel but ? Pour en faire un vélo électrique ! « L’idée m’est venue en voyant les cimetières de vélos en Chine, témoigne Laurent Durrieu, diplômé de Sciences Po Toulouse. En France, on jette environ un million d’anciens vélos par an. Or si on entretient régulièrement les pneus, les freins, ce sont des produits qui sont censés durer ! » Avec Marine Billis et le concours d’une équipe d’ingés, l’entrepreneur a donc décidé de développer son concept de roue avant électrique, renfermant une batterie, un moteur et à connecter sur son mobile. Basée à Nice, l’entreprise propose ainsi l’achat d’une roue en ligne (livrée sous deux jours) ou le changement de roue dans un réseau de magasins et ateliers de vélo disséminés dans l’Hexagone. « Avec la Mairie de Valbonne, nous récupérons aussi d’anciens vélos en déchetterie, aux encombrants ou par le biais d’associations, ce qui nous a permis de créer six postes en réinsertion et de proposer des vélos complets à l’achat avec la roue TeeBike ». Un concept qui cartonne donc, et désormais proposé chez Décathlon.

teebike.ooo

Orsteel

Trois générations de made in France

Image
Image

Orsteel, c’est l’histoire d’un groupe qui se réinvente depuis plus de 50 ans. Une histoire commencée avec Jean Sfecci, première génération spécialisée dans l’usinage de pièces métalliques, poursuivie par son fils Daniel, et aujourd’hui ses petits-fils Adrien et Arnaud. « Mon grand-père fournissait les commerçants locaux en pièces automobiles ou de machines à café, c’était un commerce essentiel de proximité, se souvient Adrien Sfecci. A l’inverse aujourd’hui, 90 % de nos nouveaux clients viennent du digital. C’est donc un circuit court où nous distribuons des produits en direct et donc personnalisables. » Le groupe, qui représente aujourd’hui une trentaine de salariés, a su mobiliser ses infrastructures et son personnel pendant la crise de la Covid-19 : « Avec le plexiglas que nous avions, nous avons produit des protections pour les commerçants. De sorte que nous n’avons fermé que cinq semaines en 2020 ! » Une période qui a aussi permis d’accélérer le développement de projets : « Spécialisés dans les produits finis avec Orsteel Light, des éclairages très haut de gamme certifiés Origine France Garantie, nous lançons aujourd’hui Orsteel Switch, des appareillages électriques qui visent à faire rayonner le luxe à la française. » Une entreprise dynamique donc, qui réinvestit nos savoir-faire.

Image

Maison de Santé

Des médecins et un salaire commun

Il a démarré sa carrière en Ile-de-France, en cabinet classique avec d’autres confrères. Médecin généraliste et fan d’alpinisme, Jean-Louis Gerschtein a changé de vie en rejoignant trois autres généralistes à Breil-sur-Roya fin 2011. Là, il a choisi de faire évoluer son outil de travail en développant la Maison de Santé Pluriprofessionnelle de la commune, réunissant professions médicales et paramédicales. Un type de structure qui a le vent en poupe, mais pas seulement. « Ce qui est très innovant dans notre démarche, c’est que nous avons développé un véritable projet de santé avec l’Agence Régionale de Santé, mis en œuvre par une équipe coordonnée, sachant que nous fonctionnons avec mes confrères généralistes en horaires et honoraires partagés. Chacun d’entre nous gagne ainsi le même salaire, dès le départ ! ». Une réponse pour encourager l’installation de jeunes médecins en zones fragiles et qui pourrait être dupliquée en ville, pour lutter contre les déserts médicaux.

ReadyClim d’Airton

Vers une clim écolo et accessible

Image
Image

A l’image de la remise en cause du modèle économique des transports et qui a contribué à en réduire les coûts, il pourrait bien s’agir ici d’une ubérisation de la climatisation. « Ce brevet avait été déposé par mon père et nous avons été plus de 10 ans en procès pour obtenir l’autorisation de commercialiser ce climatiseur sans nécessiter l’intervention d’un frigoriste », explique Richard Mazigh, qui a donné un second souffle à l’entreprise familiale basée à Nice. Une petite révolution donc, sachant que ces professionnels étaient jusqu’ici incontournables à la pose, pour éviter notamment les déperditions de gaz à effet de serre. « Ils n’ont plus besoin d’être présents car notre système est hermétiquement scellé et on peut l’accrocher au mur en vissant quatre écrous », poursuit cet Azuréen, à la tête de plus de dix entreprises. Une tâche pouvant donc être effectuée par un particulier ou avec un artisan. Une première étape en faveur de l’environnement, et ce n’est pas la seule : « Nous prévoyons d’ici cet été de proposer un back market pour éviter de jeter nos anciens climatiseurs, d’intégrer un système de refroidissement de l’air chaud produit par le module extérieur à l’été 2022, puis d’équiper nos clims de panneaux solaires et éoliennes pour limiter leur consommation ». Autant de projets pour rendre la clim écolo.

airton.shop

Icade Promotion

Tester le réemploi de matériaux

Image
Image
Image

En proposant une seconde vie aux produits issus de chantiers de déconstruction ou de rénovation, Icade Promotion s’engage dans une évolution des pratiques et encourage le passage à une économie circulaire. Situé à Cagnes-sur-Mer, le chantier Naturea, d’une superficie de 2 400 m2, est le parfait exemple de cette volonté de changement écoresponsable. Ce nouveau programme de logements et de commerces vient remplacer d’anciens bureaux d’EDF et revalorise ainsi une parcelle laissée en désuétude. Si certains matériaux ont été retenus pour être réemployés dans le futur projet, les autres ont fait l’objet de dons. Le chantier a ainsi pu démarrer le 12 avril 2021 et, grâce à cette action de réemploi, ce sont près de 200 tonnes équivalent CO2 qui seront évitées, soit près de 117 allers-retours Paris-New York. Le maître d’ouvrage économise également l’évacuation d’une centaine de bennes pour le traitement des déchets. « L’autre vertu tient dans la mobilisation des équipes intervenantes, heureuses de contribuer à cette aventure et à réduire les impacts environnementaux par leur action », précise Michel Puy, directeur régional d’ICADE Promotion. C.S.

icade.fr