Image

PORTRAITS

Ils sont artiste, cheffe étoilée, designer ou apiculteur, pilote automobile ou créatrice de mode. Leur point commun ? Ces personnalités glamour ou au cœur de la vie culturelle, économique et sociale régionale sont les moteurs de l’actualité azuréenne. Découvrez sans filtre le témoignage de leur parcours, leurs rêves, leurs ambitions et leurs projets à venir.

novembre 2023 Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Lysandre Blanckeman et Sandrine Legrand

Se former et s’informer pour les voyageurs

Infirmières au Centre de Vaccination International de l’Archet 1, elles ont une responsabilité accrue dans les soins et conseils aux patients, via un protocole de coopération avec un médecin délégant.

Image

« Quand je suis arrivée, le rôle des infirmières dans le service était de commander des vaccins, explique Lysandre Blanckeman. J’avais été peu formée sur le schéma vaccinal alors pour répondre aux questions des patients, j’ai suivi une formation auprès de la Société de Médecine des Voyages et j’ai découvert une infirmière à Lyon qui bénéficiait d’une délégation de compétences. » Après un DIU en Médecine des voyages - Santé des voyageurs, l’infirmière a ainsi pu avoir de plus grandes responsabilités auprès des patients : « Le Pr Pierre Marty a été d’un grand soutien et il m’a dit oui. Il était le chef de la parasitologie et venait dans mon service, en infectiologie, une fois par semaine. Finalement, cela a donc permis de changer la vision du service et c’est grâce à cela que ma collègue peut suivre aujourd’hui le même chemin. » Au départ aide-soignante pendant 20 ans, puis infirmière, Sandrine Legrand a en effet souhaité s’inscrire elle aussi dans cette démarche : « J’ai mis du temps à parvenir à ces fonctions car j’ai d’abord élevé mon fils. Quand on commence dans un service, on voit comment il fonctionne et j’ai eu envie aussi d’être en mesure d’apporter des conseils aux voyageurs. C’est un domaine très intéressant qui nécessite de se tenir au courant de l’actualité et des conditions sanitaires des pays ».

 

Selon l’âge, le sexe et la durée du séjour

L’instauration d’un protocole de coopération engageant la responsabilité du médecin, l’un des premiers enjeux est de trouver un professionnel suffisamment déléguant pour pouvoir le mettre en place. Pour autant, certains infirmiers à l’inverse ne souhaitent pas avoir davantage de responsabilités.

Au-delà de l’acte de vaccination, ces infirmières sont ainsi amenées à lire le calendrier vaccinal français et ses mises à jour, repérer les besoins des patients par rapport à leurs voyages prévus et leurs antécédents médicaux, réaliser la prescription d’une trousse à pharmacie, veiller à la prévention du paludisme et dispenser des recommandations hygiéno-diététiques. « Nous donnons des conseils de vaccination différents en fonction de la destination mais aussi du type de voyage, que ce soit en sac à dos ou dans de grands hôtels. De même, selon le temps passé sur place », poursuit Lysandre Blanckeman. « Il y a aussi des épidémies localisées, cela change sans cesse, comme par exemple aujourd’hui les recrudescences de cas de poliomyélites dans certains pays où elle avait été éradiquée », constate Sandrine Legrand. Et Lysandre Blanckeman d’ajouter : « Le protocole de coordination est une chance mais ce ne sont pas des responsabilités à prendre à la légère. Nous devons ainsi toujours rester vigilantes, connaître nos limites. Le médecin garde un regard, il reste à notre écoute et nous échangeons sur les difficultés que nous pouvons rencontrer. C’est un travail d’équipe. »

Lu 345 fois Dernière modification le mardi, 05 décembre 2023 17:09
Plus dans cette catégorie : Michel Carles »

Pour partager l’article :

+ de portraits