Image

PORTRAITS

Ils sont artiste, cheffe étoilée, designer ou apiculteur, pilote automobile ou créatrice de mode. Leur point commun ? Ces personnalités glamour ou au cœur de la vie culturelle, économique et sociale régionale sont les moteurs de l’actualité azuréenne. Découvrez sans filtre le témoignage de leur parcours, leurs rêves, leurs ambitions et leurs projets à venir.

septembre 2021

Tina Zegg

  • Le regard vers l’Avenir
  • Depuis 25 ans, l’entrepreneuse suisse se distingue dans son domaine, celui de la haute horlogerie. Sa force ? Un certain goût du risque. Pour preuve, sa nouvelle et quatrième adresse, un open-space qui fait bouger les lignes au cœur de One Monte-Carlo.
Image
Image

Avec la maison Zegg & Cerlati, vous êtes une référence de la haute horlogerie. Comment devient-on une personnalité influente dans le monde des tic-tacs ?
Un peu par hasard. J’ai suivi une formation de management à Lausanne. Après un stage à l’Hermitage à Monaco, j’ai rencontré mon associé, Carlo Cerlati. Nous avons eu envie de monter quelque chose à Monaco. J’ai donc appris sur le terrain.

Avez-vous rencontré des difficultés en tant que femme ?
Personnellement, cela ne m’a jamais posé de problème. Il est vrai que le milieu de l’horlogerie était très masculin, à l’époque, ça ne l’est plus. Mais je n’ai pas rencontré de difficultés. Au contraire ! C’est un environnement de luxe, plutôt agréable.

Comment a évolué le marché depuis vos débuts ?
Comme la principauté, le secteur a beaucoup changé. Il s’est développé et modernisé. Avant, plusieurs marques fonctionnaient très bien. Aujourd’hui, seule une dizaine s’en sort très bien.
Je constate également un développement de marques plus jeunes et plus tendances comme Tudor, Breitling ou des maisons plus innovantes. L’image de marque trop classique, trop poussiéreuse est en perte de vitesse.

Quelles sont les tendances du moment ?
Il y a 20 ans, c’était les montres sportives. Puis, il y a eu une tendance aux gros boîtiers. Aujourd’hui, on assiste à un retour des montres classiques, plus petites et plates, rétro, d’inspiration vintage. Comme en mode ou en architecture, les années 50 ou 70 inspirent. C’est un effet de mode, certes, mais il y a aussi un côté pratique, plus facile à porter. Et puis, comme dans tous les cycles, quand on a atteint des extrêmes on retourne en arrière.

Et du côté des consommateurs ?
Avec internet, le client est beaucoup mieux informé quand il arrive en boutique. Il a fait sa recherche. Et même s’il a besoin de conseils, il est beaucoup mieux préparé. En boutique, l’accueil reste le plus important. Le client cherche à avoir l’avis du vendeur que ce soit en monobrand comme dans notre boutique Rolex de la place du Casino ou en multimarques où il peut comparer différents modèles s’il n’est pas fixé sur une marque.

Vous avez ouvert Zegg & Cerlati The One au cœur de One Monte-Carlo. Comment s’est passée la saison ?
Je suis très contente du résultat. Compte tenu des circonstances et du fait qu’on n’a pas pu faire d’inauguration. Nous avons fait de belles ventes, même si la clientèle internationale n’était pas présente. Outre les visiteurs européens, les locaux qui ne sont pas partis nous ont soutenus. On a pris des risques et ça a payé. Nous avons de belles performances.

Etes-vous collectionneuse, vous-même ?
Je n’étais pas collectionneuse mais je le deviens. J’aime ressortir mes montres. Une Breitling que j’ai reçue pour mes 16 ans ou une Audemars Piguet qui a marqué mes 18 ans. J’ai une collection de Rolex, Cartier et une Panerai, que je porte volontiers. Disons qu’avant, je portais des montres pour le business. Aujourd’hui, c’est par passion.

Des actualités ?
De nouveaux projets à venir pour encore se développer. Il va y avoir des changements dans la société. Mais, je ne peux pas vous en dire plus pour aujourd’hui…

Zegg & Cerlati
One monte-carlo
Place du Casino
98000 Monaco - Tel +377 99 99 66 21
one@zegg-cerlati.mc - www.zegg-cerlati.com

BREITLING - CARTIER - FRANCK MULLER - GIRARD-PERREGAUX - PANERAI - TUDOR - ULYSSE NARDIN - ZENITH - BIJOUX ZEGG & CERLATI