logo-paris

PARU DANS COTE MARSEILLE PROVENCE

COTE Magazine»LA REVUE D'AZUR»Portraits»Svetlana Zakharova
 
 Francesca Zakharova

 À droite : Denis Rodkin, Svetlana Zakharova et Mikhail Lobukhin dans le poignant Francesca da Rimini, mis en scène par Yuri Possokhov.

Svetlana Zakharova

  • L’étoile russe à Monaco
______________
05.2016

Les 6 et 7 juillet, le Grimaldi Forum Monaco braque les projecteurs sur l’une des danseuses du Bolshoï les plus douées de sa génération, en tournée mondiale avec son spectacle Amore.

 

Elle a commencé sa carrière au Mariinsky, avant de rejoindre le Théâtre Bolchoï. Première ballerine de cette prestigieuse compagnie, Svetlana Zakharova est aussi aujourd’hui l’unique étoile russe de la Scala à Milan et artiste permanente invitée au Théâtre national de Tokyo. Encore récemment primée par un Benois de la danse, elle dévoile aujourd’hui en Principauté son tout nouveau spectacle, Amore, mêlant la virtuosité du classique à un style contemporain. Produite par MuzArts Moscow Production, Svetlana Zakharova a sélectionné pour cette représentation, présentée à Monaco par AMD Peacock, un ensemble de trois ballets, signés par des chorégraphes de renom. Accompagnée en musique par l’orchestre des Solistes de Monte-Carlo, elle s’y dévoile aux côtés des plus grands interprètes du mythique Bolchoï comme Denis Rodkin, Mikhail Lobukhin, Denis Savin et bien d’autres.

 

Du romantisme à l’humour
Le rideau se lève sur l’histoire poétique de deux amants, voués à passer l’éternité en enfer. « Le ballet Francesca da Rimini, mis en musique par Tchaïkovski, me donne des frissons, témoigne Svetlana Zakharova. Il est pour moi l’une des œuvres les plus marquantes du génie chorégraphique de Yuri Possokhov. » Vient ensuite le tour de Rain Before It Falls, chorégraphié par Patrick De Bana, qui mêle ses pas sur scène à ceux de l’étoile russe. Dans cette création, qui nous plonge dans les rêves et les peurs d’une écrivaine, la danseuse donne à voir toute la puissance de l’amour, de la tristesse et de la passion. Troisième volet et non des moindres, Strokes through the Tail de Marguerite Donlon, qui a trouvé l’inspiration dans la 40e Symphonie de Mozart. « Ce ballet est fondamentalement différent des deux précédents. Je l’apprécie pour sa chorégraphie très courageuse ainsi que pour son humour », conclut Svetlana Zakharo­va, qui relève ici un véritable défi, en interprétant un rôle tout à fait inhabituel pour elle.

  • COTE 30 ANS

magazine-mars

lire le magazine
decembre 17 -janvier 18

 

fb-cote