REDOLFI GARY 08
 

Gary

  • Sculpteur d’ondes

02.2016

« J’ai toujours été fascinée par la puissance expressive des formes. Après les Beaux-Arts, le métier de décoratrice d’intérieur m’a appris à concevoir la maison comme une extension du corps. Quand j’ai décidé de devenir sculpteur après un apprentissage m’inspirant des œuvres des grands classiques, Le Bernin, Auguste Rodin, Constantin Brancusi, je me suis passionnée pour les formes sphériques. La sphère est une forme essentielle car à la fois organique et mathématique. Elle représente l’intime et le cosmique, l’œuvre parfaite. En quittant la taille du marbre, je me suis intéressée à la fonte en bronze. Les sphères coulées doivent être sans repentir, exactes de forme et leur peau de métal, d’égale épaisseur. Colorées par des patines, elles se fondent aussi bien dans un sweet home que dans des jardins ou une nature sauvage.

 

Notes artistiques
Sculpter c’est aussi conquérir l’espace, vivre un irrépressible désir de liberté. Ma collaboration avec Michel Redolfi m’a fait ressentir la plasticité de la musique et des sons. Mes œuvres actuelles matérialisent des vibrations sonores en arborescences, en systèmes raciniens tournés vers le ciel. Des émanations phoniques issues de la matière même leur confèrent une dimension tectonique, un soupçon de mystère. Michel Redolfi est un compositeur spécialiste de la musique subaquatique. Ses recherches l’amènent à tester de nouveaux champs d’expression entre la forme, la matière et l’audio. C’est un des fondateurs du Groupe de Musique d’Expérimentation de Marseille. Designer du son, il invente aussi des univers sonores pour les lieux publics. »

 

www.artiste-gary.com

www.audionaute.com

 

Née Nathalie Rouvier de Saint Étienne, passe son enfance en Provence et à l’Île de La Réunion.
1987 : vit et travaille en Suisse puis en Italie.
2000 : Sous le nom d’artiste, Gary, conçoit et réalise des sphères en bronze.
2008 : expose au Salon d’automne à Paris.
2013 : En collaboration avec Michel Redolfi, crée la série des Sky Catchers.

 

Par Gérard Martin
Photographie de Jean-Michel Sordello