katia-kameli
 

Katia Kameli

  • Vous avez dit “hybride” ?

02.2014

« Oui, hybride et protéiforme. Toujours dans l’entre-deux. C’est ainsi que je positionne mon travail qui n’est d’ailleurs pas très éloigné de mon expérience personnelle et de mon identité plurielle. » Diplômée de l’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Bourges puis des Beaux-Arts de Marseille, c‘est dans l‘image vidéo et la photographie que Katia Kameli trouve aujourd'hui sa plus belle écriture. Là où elle parvient le mieux à associer ce qui la passionne, l’humain et la ville. Tout en faisant référence à la psychogéographie initiée par le théoricien et écrivain Guy Debord, elle explique : « Le paysage urbain est ma nature. Ou plutôt la manière dont les gens habitent et vivent dans ces architectures. » Et pourtant si l’on observe le travail photographique de l’artiste, l’homme y est toujours invisible mais terriblement suggéré. Katia évoque aussi Marseille où, dans le cadre des Ateliers de l'Euroméditerranée MP 2013, elle est notamment intervenue chez Futur Telecom aux Docks en réalisant une installation transversale et multicanal prenant appui sur des entretiens réalisés auprès des collaborateurs de l'entreprise sur leur rapport à la ville. Marseille où elle a également photographié et filmé les paysages hallucinants des rochers rosés de pollution à Martigues mais aussi Gardanne et Fos où les habitations se mêlent avec une brutalité inouïe aux centrales. Pour suivre l'artiste qui rêve désormais de filmer les chaos de Beyrouth et des grandes métropoles brésiliennes, il faut se rendre à New York en avril où elle exposera à la galerie Taymour Grahne – taymourgrahne.com



Par Louie Badie