Urbanisme

 

 

 
 prado1 Asylum

Les Galeries Lafayette venues de la rue Saint-Fé occupent 40 % de la surface du nouvel ensemble.

Marseille Sud

  • High Street Shopping au Prado

03.2018

Après les multiples investissements au nord et au centre des années passées, 2018 verra la conquête du sud avec l’emblématique centre commercial du Prado en figure de proue.

 

Ce centre apparaît comme une évidence tant il cumule d’atouts. Il se situe au cœur de l’arrondissement le plus huppé de la ville (290 000 habitants aux revenus supérieurs à la moyenne de province), une zone de chalandise à fort pouvoir d’achat susceptible d’attirer les meilleures enseignes. Il bénéficie d’une desserte de premier plan avec le métro, 13 lignes de bus et un tunnel qui permet d’y accéder depuis les trois principales autoroutes. Outre les 40 000 habitants qui vivent à moins de 10 minutes à pied, 1,1 million à moins d’une demi-heure de voiture et 400 000 m² de bureaux proches, il séduira naturellement les habitués du stade Orange Vélodrome, du parc Borély, des plages, de l’hippodrome et d’un parc des expositions qui accueille 3,5 millions de visiteurs par an. Sur cet emplacement de choix, le centre commercial se veut un lieu de vie, un lifestyle center apte à répondre aux besoins d’une clientèle urbaine exigeante. Propriété de Klépierre et de Monte-Cristo Capital, il a été conçu comme une rue commerçante par les cabinets d’architectes Benoy et Rogeon, qui ont puisé leur inspiration dans l’univers du high street retail et des gale­ries commerçantes italiennes du XIXe siècle. En forme de pyramide inversée, il s’ouvre sur le ciel grâce à son toit-terrasse végétalisé. Avec sa gigantesque canopée de verre de 2 400 m² à 30 mètres du sol, son architecture est tout en transparence, clarté, luminosité, verdure, grâce au plasticien Yann Kersalé, créateur de cette mise en lumière design. Une cinquantaine d’enseignes (dont Repetto, Pellegrin, Zara...) s’est déjà installée auprès des Galeries Lafayette qui s’étendent sur 9 400 m² répartis sur 4 niveaux. Au sommet de cet édifice de 23 000 m², l’offre commerciale est assortie de terrasses où l’on peut prendre un verre et manger, midi et soir grâce à un accès indépendant. Le pionnier des burgers à la française, Big Fernand, le glacier Grom ou le traiteur Mavrommatis complètent ainsi l’offre d’une enseigne alimentaire gourmet.

 

Un projet global d’infrastructure urbaine
Le Centre Prado s’inscrit dans un projet plus global d’évolution des quartiers Sud. Mais il ne peut y avoir de développement sans une optimisation des transports. Aussi, la future ligne de bus à haut niveau de service B1 améliorera la desserte de ces quartiers avec des fréquences de passage accrues. Cela nécessite de réaménager 9,5 km de route entre Castellane et le pôle universitaire de Luminy, avec une voie exclusivement réservée aux bus, une voie verte, des trottoirs, des arrêts de bus accessibles aux personnes à mobilité réduite. On peut citer d’autres projets, tel le bâtiment IPC4 de l’Institut Paoli Calmette (entièrement dédié à l’hématologie du XXIe  siècle, avec des locaux aux normes de soins les plus avancées et un service de recherche optimisé) imaginé par l’agence Carta Associés, le chantier de rénovation de la Corniche Kennedy, entre le Marégraphe et le Palm Beach (qui devrait être lancé en fin d’année), le quartier Osmoz, à Saint-Loup (labellisé Smart-Avenir, il permettra de réduire la facture électrique de 25 %) ou encore le projet de requalification globale de la Pointe-Rouge (qui devrait voir le jour en 2019 et permettre de requalifier à terme l’ensemble du parc balnéaire du Prado).

 

Par Maurice Gouiran