Urbanisme

 
 secondenature
 Terrence Parker à Seconde Nature

Seconde Nature

  • Pleins feux sur l’expression numérique

05.2016

Née de l’engagement précurseur de deux associations aixoises (Biomix et Terre Active) sur le terrain des musiques électroniques et des arts multimédia, Seconde Nature œuvre dans le champ des pratiques artistiques de l’ère numérique.

 

Cette association a pour objet la diffusion, le soutien à la création, la formation ainsi que toute action en faveur du développement des expressions artistiques électroniques et numériques. Dans un espace de plus de 500 m² situé au cœur d’Aix-en-Provence, elle propose des concerts, des expositions, des performances, des projections, des rencontres et des workshops. Elle accueille également des artistes en résidence. Plus globalement, Seconde Nature porte un projet culturel pluridisciplinaire entre les musiques électroniques, les arts sonores, les arts visuels et le spectacle vivant. Cette initiative en faveur des formes technologiques de la création favorise le croisement des pratiques et des publics, la découverte de nouvelles écritures ou nouveaux langages, et donne à vivre des expériences esthétiques inédites. Elle accompagne des artistes dans la réalisation de leur projet et déploie également un programme de médiation culturelle en lien avec les expositions reçues. Ainsi, Seconde Nature et ses partenaires présentent jusqu’au 2 octobre une exposition contemporaine qui rend hommage à l’œuvre visionnaire de Victor Vasarely, précurseur des arts numériques, et qui propose des installations cinétiques mettant en jeu la perception et invitant le public à franchir un nouvel espace sensitif. « Irisations » révèle les liens naturels unissant ces deux champs artistiques, ceux où – sans doute plus qu’ailleurs – l’œil du spectateur, l’espace, l’interaction et le mouvement sont au cœur du processus créatif. Elle dialogue ainsi avec « Multiplicité », l’exposition rétrospective qui explore le processus créatif de Vasarely en trois lieux, Avignon, Gordes et Aix..

 

Par Maurice Gouiran