Urbanisme

 
 le port
 

Quai du port

  • Redécouvrir l’histoire…

10.2015

L’ouverture du MuCEM a créé de nouveaux parcours urbains et permis la redécouverte des immeubles bâtis par Fernand Pouillon dans les années 50, sur une partie du champ de ruines laissé par l’occupant.

 

L’histoire officielle, souvent manichéenne et simplificatrice, raconte la destruction du Vieux-Port en deux séquences. Les rafles du 22 au 24 janvier 1943 (qui incluent l’épisode dramatique de la déportation de 1 642 Marseillais, juifs pour la plupart, vers les camps de la mort), puis la destruction du 1er février au 17 février. Si l’on connaît également l’entrevue Bousquet-Oberg du 14 janvier à la Préfecture, on passe souvent sous silence deux autres dates de janvier 1943. Le vendredi 8, le J.O. publie un décret relatif à la convention immobilière de la ville de Marseille qui l’autorise à procéder à la réali­sation d’emprunts destinés au financement des travaux de construction d’immeubles, d’ou­ver­ture de voies et d’assainis­sement... Le lundi 25, le lendemain des rafles, est créée une société ayant pour objet toutes opérations immobilières municipales pour le compte de Marseille... Citons enfin le journal Signal (numéro de mars 1943) qui, sous la plume de son correspondant à Marseille, se réjouit ouvertement : « Ainsi se trouve-t-on devant le cas rare d’une mesure de guerre coïncidant avec les projets adoptés depuis longtemps par la municipalité et le gouvernement, et déjà en cours d’exécution ». Tout ceci n’étant que pure coïncidence...

 

Par Maurice Gouiran