Urbanisme

 

 

 
 voiture_de_demain.jpg
La BMW i3 est dotée d’une multitude de technologies innovantes - Avec la LimeWire, le bruit le plus fort sera le battement de votre cœur - La mini Cooper tout électrique - La Porsche Taycan, la première sportive 100 % électrique de la marque, sera présentée au public en septembre.

La voiture de demain

  • Aujourd’hui préfigure demain

05.2019

On décline volontiers la voiture de demain selon quatre qualificatifs : électrique, partagée, autonome, connectée… autant d’axes le long desquels on ne progresse pas au même rythme !

L’électromobilité
On s’achemine aujourd’hui vers deux types de motorisation, le full électrique pour les déplacements urbains et périurbains, l’hybride pour le reste. L’hybridation, qui a encore de beaux jours devant elle, devrait dominer les 10-15 prochaines années. L’engouement sur le gazole a conduit à délaisser un peu le moteur à essence dont la marge de progression (vers plus de vertu et plus d’efficience) reste importante. Mais la mode est incontestablement à l’électricité. Tous les constructeurs s’y mettent : Kia avec l’e-Niro, Jaguar avec l’I-peace, Audi avec e-tron, Porsche avec Taycan mission E, BMW avec l’i3, etc. Et la moto n’est pas en reste puisque la LimeWire de Harley Davidson suit le mouvement. Si la voiture électrique progresse chaque jour, elle nécessite une fabrication d’électricité en amont, un inconvénient que contournera la voiture d‘après-demain avec sa pile à combustible à hydrogène, mais cela nécessitera encore des années de recherche car si ce gaz se trouve en abondance sur notre planète, s’il est trois fois plus énergétique que l’essence et s’il ne pollue pas, cette pile ne s’obtient que grâce à un processus complexe et très onéreux.

L’autonomie
L’automobile ultra-connectée et autonome est aujourd’hui une réalité. On attend d’elle plus de sécurité, plus de confort, plus de flexibilité. Elle transformera le conducteur en passager intégrant toutes les facettes de sa vie dans un habitacle flexible, modulaire et intelligent. Pourtant, le transfert de responsabilité de l’homme à la machine devra surmonter des obstacles qui n’ont rien de techniques : décisions politiques (modification du Code de la route en particulier), redéfinition des contrats d’assurance (gestion du transfert de fautes individuelles de conduite et de la responsabilité du conducteur vers des erreurs techniques et une responsabilité du produit), établissement de règles d’éthique…

Le partage
La tendance est d’aller vers des services clients uniques, à la fois multimodaux, intégrés et à disponibilité immédiate. Ces écosystèmes offriront de la mobilité à la demande via une application unique pour l’autopartage, la mise en relation avec les taxis, les parkings, les bornes de recharge… L’exemple de BMW group qui a mis en place DriveNow (service d’autopartage en free-floating de 6000 véhicules dans 13 villes d’Europe), ParkNow (service de stationnement en voirie et parking avec réservation et paiement en ligne) et ChargeNow (carte de paiement unique pour 25 000 bornes de recharge en Europe) est édifiant.

Maurice Gouiran