Portraits

 

 

 
 07-GODET-SONIA.jpg

 

Sonia Godet

  • Le parfum comme un art

12.2018

« J’ai comprisà ce moment-làque je ne pouvais plus faire marche arrière… »

C’est un beau roman, c’est une belle histoire… Il y a des destins si étonnants qu’ils semblent plus être issus de l’imaginaire d’un conteur qu’ancrés dans la réalité. Et pourtant. C’est bien l’histoire de Sonia Godet. En novembre, elle fêtait ses 30 ans. Une pimpante trentenaire aux cheveux clairs et au sourire éclatant. Son truc à elle ? Le parfum. Elle est « nez ». Et bien née, car l’exercice dépasse ici la seule expression d’une passion. Parlons plutôt d’atavisme. Son arrière-grand-père était nez, comme son grand-père. En fait, l’histoire de la maison Godet se confond avec celle de la haute parfumerie française. Retour en arrière. Côte d’Azur, 1901. L’époque est aux crinolines et aux ombrelles. Julien-Joseph Godet crée la maison de parfum éponyme et compose des jus d’exception à partir de matières naturelles locales rares et de très grande qualité, inspirés par ses amis artistes comme Fleur de Reine pour Marthe, l’épouse de Pierre Bonnard, ou Folie Bleue pour Henriette, la muse de Matisse. Après cinquante ans d’interruption, Sonia relance cette belle maison en 2017 avec l’ouverture d’une boutique-écrin à Saint-Paul, là où tout a commencé. Une évidence pour cette professionnelle confirmée qui a notamment développé une gamme de parfums exclusifs pour le marché nord-américain chez Cartier. « En 2015, j’ai découvert toute une collection de flacons anciens contenant encore des créations Godet, rangés dans un placard appartenant à mon grand-père. » La boîte de Pandore était ouverte… « J’ai compris à ce moment-là que je ne pouvais plus faire marche arrière… » Tout s’enchaîne très vite. Elle quitte Hawaï où elle habite depuis deux ans, revient à Saint-Paul et travaille à la renaissance de la marque à travers deux axes : rééditer les formules originales des grands classiques de la maison Godet et proposer ses propres créations. Avec, à chaque fois, la volonté de poursuivre le travail commencé il a un siècle : faire du parfum une œuvre d’art accomplie dans ses moindres détails (flacon soufflé bouche, médaille gravée à la main…), afin de rendre hommage au savoir-faire artisanal français.

Par Alexandre Benoist / Photo Sordello