Portraits

 

 

 
 2017 PLUMAIL JMS

 

Christian Plumail

  • Changement de cap

12.2017

Personnalité incontournable du paysage gastronomique azuréen, Christian Plumail anime régulièrement les colonnes de notre magazine depuis notre première ren­contre, il y a 27 ans. C’était en 1990, alors qu’il venait tout juste de reprendre l’Hostellerie de l’Abbaye à La Colle-sur-Loup. En 1995, il ouvre son restaurant niçois L’Univers, auréolé d’une étoile au guide Michelin, qu’il décide de fermer en 2014 pour se consacrer à de nouvelles aventures. « J’ai vendu le restaurant pour avoir moins de contraintes et plus de temps libre. Aujourd’hui, entre mon travail, mes cours de cuisine, ma table d’hôtes et mon émission de radio sur France Bleu Azur, je m’aperçois que ce n’est pas le cas. Mais, finalement, ça ne m’empêche pas d’être heureux ! » Électron libre, toujours en quête de nouveaux défis, ce challenger est depuis deux ans à la tête des cuisines du Yacht Club de Monaco. « Cette expérience m’apporte une autre vision de mon métier, mais surtout l’opportunité de réaliser des choses que je n’aurais jamais pu faire à mon compte, comme l’organisation du concert d’Elton John. » En « brocanteur de la cuisine », comme il se définissait à l’époque, ce défenseur de la gastronomie méridionale continue aujourd’hui encore à révéler les meilleurs produits locaux dans des compositions simples et authentiques, qu’il aime à faire découvrir aux quelque 2 000 membres de ce club élitiste. « C’est un autre monde ici, mais j’ai su rester fidèle à moi-même. C’est d’ailleurs ce qui fait ma force. » Avec toute la générosité et le franc-parler qu’on lui connaît, Christian Plumail s’attache plus que jamais à répandre du bonheur dans son assiette : « À travers ma cuisine, j’essaie de transmettre ce que j’ai compris de la vie : c’est dans la simplicité que l’on trouve le bonheur. J’ai eu la chance de pouvoir me payer une Porsche. Puis, je me suis aperçu que j’étais plus heureux sur un vélo, dans mes baskets. En cuisine, c’est pareil. Ouvrir des boîtes de caviar, tout le monde sait le faire. Apprendre à (re)découvrir le vrai goût d’une sardine, ça, c’est mon défi ! »

  

Par Marjorie Modi

Photo Jean-Michel Sordello