Culture

 

 

 
 016 - J. Chicago, Rearrangeable Rainbow Blocks. © F. Fernandez.jpg

Judy Chicago, Rearrangeable Rainbow Blocks, 1965. Vue de l’exposition Los Angeles, Les Années Cool./© F. Fernandez

Judy Chicago

  • Los Angeles, les années Cool

07.2018

Cet été, la Villa Arson met le cap sur la scène californienne à travers les premières années, encore méconnues, de cette grande artiste féministe.

Elle a orchestré l’une des premières expositions d’art féministe à Los Angeles en 1972, « Womanhouse », et a marqué les esprits avec Dinner Party, une installation créée entre 1974 et 1979 au Brooklyn Museum de New York, qui réunit des figures féminines, historiques ou mythologiques sous la forme de 39 tables à manger. Mais avant cette histoire connue, il y a eu Judy Gerowitz à ses débuts. La Villa Arson revient sur l’éclosion de cette artiste majeure, au croisement des mouvements clés : du pop art au Light and Space, en passant par le hard-edge et le minimalisme. Dès les années 1960, Judy a travaillé sans relâche dans son atelier en Californie, terreau des passionnantes expérimentations de la Cool School. Elle a développé un art associé au Finish Fetish, pop art californien mobilisant des matériaux comme le Plexiglas, le vinyle ou le polyester. L’exposition nous plonge dans sa Feather Room, réalisée pour la première fois en 1967. Dans cette incroyable installation, les coins des murs et repères extérieurs s’effacent. Cerné par la blancheur de bâches légères, le visiteur évolue sur un sol jonché de plumes blanches. « J’ai souhaité créer un environnement féminin, doux et protecteur », témoigne Judy Chicago, qui a sans conteste une âme d’architecte. Ayant développé une iconographie explicitement érotique, comme en témoignent ses capots de voiture aux formes génitales, l’artiste s’est illustrée très tôt dans l’art minimal. Tantôt on marche entre ses blocs, cubes et cylindres colorés, tantôt on les retrouve sous nos yeux en miniature. Commissaire de l’exposition, Géraldine Gourbe a convié pour cette manifestation ambitieuse d’autres artistes de la côte Ouest, qui ont tous partagé les expérimentations de Judy durant ces années Cool, offrant ainsi un regard neuf sur cette période et le minimalisme californien.

Jusqu’au 4 novembre
Nice, 20 avenue Stephen Liegeard
Tél. 04 92 07 73 73
www.villa-arson.org