Shopping

 

 
 vintage
 

Vintage

  • Des sent-bon pour la maison

10.2015

Dans la première boutique Diptyque ouverte en 1961, un bric-à-brac d’objets insolites, fabriqués en petites quantités par des artisans, côtoyait les parfums et les bougies qui ont fait depuis le succès de la marque. Née il y a un an, la collection Bazar poursuit l’aventure avec la même fantaisie. En plus des bougies, carnets ou parfums solides, on craque cet automne pour les nouvelles éditions éphémères des photophores Ombre, Oiseau (photo) et Vitrail (115 €), dans lesquels on glisse, par exemple, un cierge Le Marché aux Épices (55 €). Made in XIXe siècle, la très tendance Officine Universelle Buly revisite l’art du pot-pourri en vigueur depuis l’Antiquité... Ce repaire d’apothicaires à nul autre pareil – comptoir en marbre et bois de noyer, fioles et flacons aux étiquettes surannées – a glané aux quatre coins du globe le meilleur des matières sèches pour composer des pots-pourris personnalisés (vendus au poids) et dont le packaging est un cadeau à lui tout seul. La boutique regorge d’autres trésors. Début XXe siècle, la comtesse de Presle créa un Baume Automobile destiné à hydrater son visage après ses virées en décapotable ! D’autres « préparations de beauté » verront le jour, poudres de toilette, parfums, puis naîtra la maison Detaille qui attirera tout le gotha mondain... Aujourd’hui, on fond pour leur bougie fraîche aux senteurs de bambou et de fleur de lotus (45 €). M.S.

 

Diptyque, 34 bd Saint-Germain, 5e
Buly, 6 rue Bonaparte, 6e
Detaille, 10 rue Saint-Lazare, 9e